Les Chroniques du Menteur
Accueil du site > Internet > Flagrant délit

Flagrant délit

vendredi 11 février 2000, par Pierre Lazuly

Naturellement, en débarquant sur les sites consuméristes, c’est surtout leur côté ridicule qui m’avait frappé. Les objets inutiles, la fausse convivialité, l’enthousiasme gnan-gnan du consommateur cyber-niais, tout cela m’avait prodigieusement irrité. Au point de me laisser emporter par ma trottinette et d’oublier ce que j’avais voulu démontrer.

Revenons donc un instant à nos sites d’achats groupés, et intéressons-nous cette fois à Alibabuy, « le premier site européen d’achats groupés », qui se propose lui aussi de faire baisser le prix des produits en « regroupant ses envies » (c’est joliment dit).

Prenons par exemple cette paire d’enceintes dont Alibabuy nous dit le plus grand bien : des enceintes de bibliothèque, référence KEF 5 Coda 7, proposées par le fournisseur Hifissimo (le détail a son importance). Le prix normal, nous informe Alibabuy, est de 3950 francs ; le prix plancher (pour un minimum de 13 acheteurs) est de 2400 francs. Naturellement, pour le moment, il n’y a que 1 à 3 personnes « à avoir dit banco » et on a bien peu de chances d’atteindre le prix plancher avant la fin de la session (dans 2 jours, 19 heures et 44 minutes, précisément - quel suspense insoutenable ! on en frémit).

Un mien lecteur, quelque peu facétieux, s’est alors empressé d’aller se renseigner auprès du fournisseur des enceintes, le fameux Hifissimo. Oh, ce n’était pas compliqué, il suffisait d’aller faire un tour sur leur propre site et de regarder innocemment le prix de leurs enceintes. Eh bien vous me croirez si vous voulez, mais chez Hifissimo, les enceintes de bibliothèque, exactement les mêmes, référence KEF 5 Coda 7, elles étaient vendues, au « prix Hifissimo », à 2400 francs précisément. Et pas besoin de faire « une révolution du pouvoir d’achat » pour ça, hein, il suffisait de les demander tout seul comme un grand à n’importe quel vendeur Hifissimo et vous y aviez droit aussitôt, au prix plancher.

Résumons-nous : les adeptes d’Alibabuy se seront échinés à rameuter leurs amis pour obtenir, dans le meilleur des cas, ce qu’ils auraient pu avoir tout seuls en s’adressant ailleurs. Et s’ils ne sont pas assez nombreux pour atteindre le prix plancher, ils peuvent payer le produit plus cher que ce que le fournisseur était prêt à accepter : pour chacun des produits proposés, vous avez de grandes chances de le trouver ailleurs - dans une grande surface, par exemple - au prix plancher.

Chaque commerçant est naturellement libre de fixer ses prix et d’enrober ses offres de discours plus ou moins mensongers. Si Alibabuy précise bien sur son site que c’est le fournisseur qui fixe les prix (plancher compris), la durée de la session et le nombre d’acheteurs requis, chez Clust, par contre, on entretient une certaine ambiguïté : si leur site d’achat est réellement - comme le prétend leur publicité - « 100% animé par les consommateurs », pourquoi ceux-ci s’imposent-ils des prix plancher si élevés ? Pourquoi diable fixent-ils spontanément un minimum de 23 personnes pour pouvoir en profiter ? Et pourquoi font-ils expirer leurs offres dans 2 jours, 12 heures et 23 minutes ? Si vous voulez mon avis, les sites d’achat ne sont pas plus animés par les consommateurs que le Jeu des 1000 francs ne l’est par ma belle-soeur. Les fournisseurs imposent leurs prix plancher et les sites d’achat groupés tentent - c’est bien normal - d’écouler leurs produits à un prix plus élevé.

« Avant Clust, les producteurs produisaient, fixaient les prix et cherchaient à écouler leurs offres. Aujourd’hui, grâce à Internet, Clust inverse le modèle ». Clust, Alibabuy et consorts n’ont rien inversé du tout : ils ont simplement trouvé une façon élégante de surfacturer les produits en solde.


Post-scriptum : Suite à cette chronique, Alibabuy a soudainement décidé de retirer les enceintes incriminées de son catalogue, avant même la clôture de la session d’achat. « Nous avons effectivement le parti de protéger nos visiteurs contre les erreurs des fournisseurs et à ce titre, votre article sert à quelque chose », m’a précisé la Direction. Les fournisseurs ont bon dos.

Post-post-scriptum : Alibabuy m’a également demandé de retirer les liens hypertextes vers les articles incriminés : « les liens vers des sites Internet ne vous appartenant pas sont soumis à une autorisation de l’éditeur (jurisprudence Tribunal de Nanterre 10/99). En l’occurrence, Alibabuy et Hifissimo ne souhaitent pas que vous intégriez un lien direct de votre site vers les leurs. Merci donc de les retirer (lien à partir de "paires d’enceintes" vers Alibabuy et lien à partir de "propre site" vers Hifissimo) ».

Post-post-post-scriptum : Après consultation de plusieurs juristes, il apparaît que la jurisprudence du Tribunal de Nanterre avancée par Alibabuy n’a jamais existé... Cet acharnement d’Alibabuy à vouloir supprimer les preuves est décidément troublant.

PIERRE LAZULY
Accueil | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Quitter