Les Chroniques du Menteur
Accueil du site > Romantisme > Techniques américaines

Techniques américaines

mardi 9 février 1999, par Pierre Lazuly

« Chère X., je ne suis même pas sûr que tu saches qui je suis. Nous allons à la même ((école, église, grande surface)). Mais je suis plutôt timide lorsqu’il s’agit d’aller parler aux gens. C’est pourquoi je n’ai jamais été assez courageux pour venir te voir et te dire "salut !". Aussi, j’espère que tu ne m’en veux pas si je préfère glisser mes pensées dans cette lettre plutôt que de chercher désespérement mes mots devant l’entrée du supermarché.

Ce que j’essaie de te dire, c’est que je pense que tu es très brillante et attirante, et que j’aimerais bien te rencontrer. Mes amis te diront que je sais écouter, que je suis un chouette type et que j’ai beaucoup d’humour.

Si tu es libre ((mercredi soir, jeudi après-midi, ...)), serais-tu d’accord pour qu’on se voie ((à la bibliothèque, au club de gym, dans la cour de récré)) ? Je pense que ce serait sympa de se parler et de trouver les amis et les centres d’intérêt que nous pourrions partager. J’attends ta réponse avec espoir ».

Ainsi draguent les américains. Tout au moins les plus timides d’entre eux. La lettre ci-dessus est en effet extraite d’une sélection de déclarations d’amour pour internautes. Je me suis contenté de la traduire (et pour vous prouver que je ne mens pas, l’original est ).

L’idée est loin d’être idiote. Qui n’a jamais rêvé de trouver chez un autre l’inspiration qui lui manquait ? Qui n’a jamais rien emprunté ? Je vous entends déjà ricaner, dire que ces lettres sont grotesques, que jamais il ne vous viendrait à l’idée de les recopier.

Vous avez raison : ces lettres ne se recopient pas, elles se commandent. (Il paraît même qu’elles se vendent). « Personalize the information below and confirm your order », peut-on lire sur le site. Rien n’est plus astucieux. Il vous suffit de taper son prénom, de choisir entre ((école, église, grande surface)), de payer 4 dollars à l’aide de votre carte Américain Pressé, et quelque part en Californie, une imprimante attendrie prépare personnellement votre lettre enflammée, un employé flexible lui colle un timbre et une étiquette portant l’adresse de l’infortunée. L’amour est déjà sur la route.

Sans compter qu’avec cette collection de déclarations, vous n’avez que l’embarras du choix. Toutes les situations sont prévues, même celle du revenant aux excuses incongrues :

« Chère X., j’espère que cette lettre ne te surprend pas trop. Ca fait tellement longtemps qu’on ne s’est pas parlé que je ne serais pas surpris que tu m’aies complètement oublié. Laisse-moi t’expliquer pourquoi j’ai disparu si longtemps. Peu après que l’on se soit rencontrés à l’école, j’ai dû prendre une décision difficile. J’aurais vraiment voulu rester et voir ce qu’il adviendrait de notre relation, mais j’ai préféré choisir un boulot dangereux mais très lucratif.

J’aurais voulu te le dire avant, mais tout est arrivé trop vite, et je n’avais pas le droit d’en parler, même à mes parents. Tout ce que je peut dire c’est que le projet fut un succès et que nos réserves de zirconium à l’étranger sont maintenant hors de danger. On peut reprendre où on en était ? Je PEUX t’offrir à dîner dans le restaurant le plus chic de la ville. Je t’appelle jeudi pour décider quand et où. Clandestinement, Machin ».

Vous pouvez donc désormais, grâce aux technologies modernes, envoyer en un temps record ces lettres d’amour qui, autrefois, vous prenaient des soirées. C’est un incontestable progrès.

PIERRE LAZULY
Accueil | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Quitter